Actualités

Agenda

À LA UNE

,

Formation BAFA/BAFD au Laü, une action partenariale aux couleurs de l’Education populaire. 

 

Alors que la plupart de ses activités sont aujourd’hui suspendues en raison du contexte sanitaire, le Laü nous a paradoxalement donné l’image d’une structure très animée la semaine passée, aussi bien dans ses salles que dans ses espaces extérieurs. Investis et parcourus par des jeunes visages masqués qui veillaient à respecter les distanciation sociales, on y voyait fleurir des tableaux théoriques autour desquels se concevaient en groupe des activités et animations à destination de publics mineurs, avant de voir ces dernières prendre forme dans la cour du Laü. 

Une effervescence qui contraste avec le contexte actuel et donne à voir une initiative partenariale bienvenue : l’accueil de formations BAFA/BAFD au sein de la MJ.C. du LAÜ. Pensées pour expliquer, transmettre et sensibiliser les jeunes aux principes et valeurs traversants les mouvements d’Education Populaire, ces formations visent à permettre aux jeunes de développer leurs potentiels créatifs en mettant ces principes en oeuvre dans le cadre d’animations épanouissantes.

 

« Un partenariat qui fait pleinement sens »

« En temps normal, il nous aurait été impossible d’accueillir ces formations dans nos murs, explique Mathieu Lautier, directeur du Laü, faute de disponibilité de salles, tout simplement. Avec le confinement et la restriction des activités, cela devient non seulement possible mais presque indispensable ou tout du moins allant de soi. D’abord car cette initiative est l’une des rares qu’il nous soit règlementairement possible de mettre en oeuvre aujourd’hui, ensuite car elle s’inscrit dans un partenariat qui fait pleinement sens, puisque fondé sur le partage de valeurs et d’une même appréhension de L’Education Populaire et de ses principaux enjeux. 

Ces formations se distinguent par leur intention marquée de poser très clairement le sens du métier d’animateur et des enjeux pédagogiques de ses actions, notamment la forte visée de transformation sociale qu’elle mettent en oeuvre. Cette dimension fait très largement écho à l’action du Laü, que cela concerne son action jeunesse, bien entendu, mais aussi plus largement son projet associatif en général, comme nous le rappellent nos statuts : « La M.J.C. – M.P.T. du Laü ouverte à tous, offre à la population, aux jeunes comme aux adultes la possibilité de prendre conscience de leurs aptitudes, de développer leur personnalité et de se préparer à devenir les citoyen(ne)s actifs(ves) et responsables d’une communauté vivante. Elle assure la formation des bénévoles qui s’impliquent dans la structure. ». 

Un partenariat qui fait sens donc, et avec lequel l’action jeunesse du Laü et de son foyer a crée un pont, notamment par l’intermédiaire de 3 jeunes suivis par la structure, qui se sont engagés au sein de ces formations. 

Développer les potentiels individuels et collectifs 

« Avec ces formations, nous voulons bien sûr permettre à des jeunes de trouver un job pour l’été et gagner quelques sous, mais ce n’est pas là l’objectif prioritaire, explique Denis Penne, directeur de l’association SENS%, qui propose la formation de BAFA/BAFD. Au-delà de la logique de projet sur laquelle nos formations invitent les futurs animateurs à réfléchir pour en faire émerger le sens, fil rouge de leur démarche, c’est d’abord l’épanouissement individuel que nous visons. Permettre à un jeune de prendre conscience de son potentiel créatif est extrêmement valorisant pour celui-ci, d’autant plus lorsque l’initiative ou l’animation qu’il met en oeuvre, seul ou avec son équipe, s’inscrit dans un objectif pédagogique aux couleurs des valeurs qui l’animent. Au-delà de l’apprentissage d’un savoir faire en matière d’animation, ce travail permet aux jeunes de prendre conscience de leur potentiel en le mettant en oeuvre et par extension de s’affirmer en tant qu’individu et citoyen. 

À lire aussi